Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

actualités - Laboratoire d'Océanographie de Villefranche-sur-Mer
Unité Mixte de Recherche 7093 – CNRS/UPMC

Tutelles

UPMC

UPMC

CNRS
| read this article in English

Egalement dans la rubrique

Suzanne Nival nous a quittés le 18 février 2015

Après avoir obtenu un DEA d’Océanographie biologique en 1960, elle soutient en 1963 une thèse de 3eme cycle sur la croissance et la reproduction d’un poisson de l’herbier de Villefranche. Entrée au CNRS comme ingénieure de recherche, elle a fait toute sa carrière à la Station Zoologique de Villefranche. Elle prend sa retraite en 2009 après avoir contribué largement à accroître la connaissance sur les copépodes planctoniques.

Elle a participé à de nombreuses campagnes en mer, en Méditerranée, sur le Korotneff et sur le Jean Charcot, en Atlantique intertropical sur le Jean Charcot et le Noroit. Toujours sur le pont pour récolter le plancton, elle bravait courageusement le mauvais temps et le roulis lorsque le reste de l’équipe scientifique embarquée sur le Korotneff était livide.

Sa contribution au laboratoire s’est appliquée à plusieurs aspects des copépodes : la nutrition, la respiration, la ponte, l’élevage, l’anatomie en microscopie électronique à balayage et le marquage aux radioéléments. C’est grâce à elle que l’élevage de copépodes est devenu courant à la Station zoologique. Tisbe et Euterpina ont permis de commencer, mais bientôt deux espèces (Temora stylifera et Centropages typicus) sont devenues des modèles pour plusieurs thèses.

Très méticuleuse et rigoureuse, le dictionnaire sur le bureau, elle a aussi aidé quelques dizaines de thésards par la relecture et la correction de leur manuscrit.

Ayant passé, dans sa jeunesse, les vacances d’été sur la côte sauvage et rude du Cap de la Hague, au voisinage du Raz Blanchard, elle avait l’habitude du vent, de la brume, de la pluie, et l’expérience de la chasse sous-marine dans les laminaires. Elle était passionnée par la plongée sous-marine, la planche à voile et le vol à voile. Elle aimait le poème de William H. Davies « Dreams of the Sea » appris lors d’un an passé à Boston (USA).

Elle avait souhaité retrouver le vent, le sable, les galets et les rochers de la pointe de la Hague, et en somme la mer. Elle repose maintenant à Saint Germain des Vaux, près d’une église qui sert d’amer pour les navigateurs.