Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

actualités - Laboratoire d'Océanographie de Villefranche-sur-Mer
Unité Mixte de Recherche 7093 – CNRS/UPMC

Tutelles

UPMC

UPMC

CNRS

Egalement dans la rubrique

Habilitation à Diriger les Recherches - Nathalie Vigier - Le 02 Juin 2017

Nathalie Vigier soutiendra son Habilitation à Diriger les Recherches intitulée "Les isotopes non conventionnels : de l'altération continentale à la biologie marine"

le 02 Juin 2017 à 14h30 au Laboratoire d'Océanographie de Villefranche-sur-mer, Salle de Conférence du bâtiment Jean-Maetz

 

devant le jury composé de:

Rapporteurs :
Frédéric Moynier (IPGP, Paris)
Emmanuelle Pucéat (Biogeosciences, Dijon)
Catherine Jeandel (LEGOS, Toulouse)
Examinateurs :
François Chabaux (LHyGeS, Strasbourg)
Laurent Counillon (LP2M, Nice)
Yves Godderis (GET, Toulouse)
Jean-Pierre Gattuso (LOV, Villefranche sur Mer)
Antoine Sciandra (LOV, Villefranche sur Mer)

 

Résumé de la Thèse :

L’altération - ou érosion chimique - des roches silicatées continentales est un puits important de CO2  atmosphérique et se trouve ainsi impliquée dans la régulation de la température du système océanatmosphère. L’altération continentale permet également le transfert d’éléments dissous et de particules minérales et organiques vers les deltas et les océans et participe ainsi au développement de la vie marine. Cependant de grandes incertitudes demeurent quant à sa caractérisation, sa quantification et les lois d’échelle qui la régissent dans les bassins versants, sur les continents, ou au niveau global. Depuis 10 ans, des nouvelles approches ont été développées, utilisant les isotopes dits « non-conventionnels »: marqueurs, par leurs fractionnements, des processus physico-chimiques et biologiques. Pour aborder la complexité inhérente aux processus d’altération, ma démarche a été la suivante: (a) caractériser des sites naturels, (b) effectuer des expériences en laboratoire pour calibrer ces nouveaux outils, et (c) les appliquer à des cas réels. A l’échelle de petits et grands bassins versants, ces outils ont permis de mettre en évidence un rôle clef de l’âge des roches, du temps de résidence des sols, et des précipitations sur les vitesses d’altération. Egalement, un temps de réponse très rapide de l’altération continentale aux variations climatiques a été mis en évidence en Himalaya et dans le bassin du Nil, suggérant son rôle tampon sur les variations actuelles du CO2  atmosphérique. Mes recherches s’orientent désormais vers la compréhension de ces processus d’altération à l’échelle globale, avec l’utilisation des argiles authigéniques marines comme témoins des variations océaniques et l’étude des fractionnements biologiques de ces isotopes en milieu marin. 

English Summary :

Weathering - or chemical erosion - of continental silicate rocks is an important atmospheric CO2 sink and is thus involved in the regulation of the temperature of the ocean-atmosphere system. Continental weathering also allows the transfer of dissolved elements and mineral or organic particles to deltas and oceans, and thus contributes to the development of marine life. However, there is still considerable uncertainty to its characterization, its quantification and its control laws at the watershed scale, on continents, or at the global scale. For the past 10 years, new approaches have been developed using the so-called "non-conventional" isotopes: markers, by their fractionations, of physico-chemical and biological processes. To address the complexity related to weathering processes, my approach was to: (a) characterize natural sites, (b) perform laboratory experiments to calibrate these new tools, and (c) apply them to real cases. At the scale of small and large watersheds, these tools have highlighted a key role of rock age, soil residence time, and precipitation on weathering rates. Also, a very rapid response time of continental weathering to climate variations has been highlighted in the Himalayas and in the Nile Basin, suggesting a buffer role on the modern atmospheric CO2 evolution. My research now focuses on quantifying and modeling continental weathering rates on a global scale, using marine authigenic clays to determine oceanic variations, and studying biological fractionations of these isotopes in the marine environment.